Unis pour le Judo !

Unis pour le Judo !

La Fondation du Sport Français et la Fédération Française de Judo, Jujitsu, Kendo et Disciplines Associées, représentés par leurs présidents respectifs, Thierry BRAILLARD et Stéphane NOMIS, sont heureux d’annoncer la signature d’un partenariat autour des dispositifs Soutiens ton club et Pacte de Performance !

Cet accord, le premier, entre une fédération sportive et notre fondation, vise à communiquer sur les outils que nous mettons à disposition en faveur des clubs et des sportifs de haut niveau. Ce partenariat permettra également de créer de la synergie entre les mécènes, particuliers et entreprises, et les acteurs du monde du judo.

Aujourd’hui seulement 5% des clubs de la FFJDA font partie du dispositif Soutiens ton club. L’objectif est d’arriver à 50% de clubs inscrits. Concernant les athlètes de haut-niveau, 30 judokas bénéficient actuellement du Pacte de Performance alors que la majorité des athlètes de haut niveau sont éligibles.

Stéphane NOMIS “Pour la Fédération, il est important de pouvoir subvenir aux besoins des clubs et des athlètes. Nous cherchions un outil pour recevoir les dons et en prenant comme partenaire la Fondation du Sport Français cela nous permet de répondre à ce besoin rapidement et efficacement.”

Thierry BRAILLARD “Notre objectif est de développer les deux opérations principales de la Fondation du Sport Français auprès de la population Judo. Suite à la crise sanitaire les clubs ont beaucoup souffert et Soutiens Ton Club permet à chaque mécène, entreprise et particulier, de pouvoir soutenir son club de prédilection et de bénéficier de la défiscalisation liée à la Fondation. En parallèle, le Pacte de Performance permet aux athlètes éligibles de bénéficier d’une bourse qui leur permet de conjuguer objectifs sportifs et projets professionnels.”

A propos de la FF Judo
La Fédération Française de Judo, Jujitsu, Kendo et Disciplines Associées (FFJDA) est forte de 525 000 licenciés répartis dans 5 300 clubs affiliés. Elle comptabilise 48 médailles olympiques dont 14 titres ainsi que 157 médailles mondiales dont 53 titres.
Le Groupe BPCE, partenaire des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 et mécène engagé du Pacte de Performance

Le Groupe BPCE, partenaire des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 et mécène engagé du Pacte de Performance

Ancré dans l’ADN du Groupe BPCE, le sport est un formidable vecteur d’inclusion, de mixité, d’esprit d’initiative et de dépassement de soi. Des valeurs partagées au sein du Groupe et dans tous les territoires par ses entreprises mobilisées aux côtés des athlètes via le Pacte de Performance : les Banques Populaires, les Caisses d’Epargne, Natixis, le Crédit Coopératif, la Casden Banque Populaire et la Banque Palatine. Jean-Yves Forel, Directeur Général de la Banque de proximité en Europe et du Projet des Jeux de Paris 2024, nous parle de l’engagement du Groupe pour le sport français.

Le Groupe BPCE est partenaire Premium des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, mais votre engagement ne s’arrête pas là puisque vous soutenez, en parallèle, plus de 80 sportifs de haut niveau à travers le Pacte de Performance. Quelle est votre politique en matière d’accompagnement ?

Le Groupe BPCE, avec toutes ses entreprises – Banque Populaire, Caisse d’Epargne, Natixis, CASDEN, Crédit Coopératif et Banque Palatine – soutiennent jusqu’aux Jeux de Paris 2024, voire au-delà, plus de 100 sportifs de haut niveau dont plus de 80 via le Pacte de Performance.

Jean-Yves Forel, directeur général Développement de la Banque de proximité en Europe et du Projet des Jeux de Paris 2024 – Groupe BPCE

Cet engagement de long terme vise à les accompagner dans leur double projet sportif et professionnel, via des actions de mécénat, de formation ou encore de reconversion. Notre objectif est de co-construire avec les athlètes sur leur territoire géographique de naissance, de résidence ou dans leur club actuel, une relation personnalisée dans la durée, afin de leur garantir un niveau de ressources décent pour pratiquer leur sport en toute sérénité et de les aider à préparer leur après-carrière sportive en étant accompagnés des compétences adéquates.

Les profils des athlètes soutenus sont divers et variés à travers tout le territoire. Comment réussissez-vous à créer une dynamique commune entre toutes les banques du Groupe ? 

Le sport fait partie de l’ADN des Banques Populaires, partenaires depuis plus de 30 ans de la voile et récemment du surf ; des Caisses d’Epargne, partenaires historiques des fédérations de ski, de handball et de basket-ball ; et de Natixis, très impliqué dans le rugby via le Racing. Le Groupe BPCE est également partenaire depuis plus de dix ans du CNOSF et, depuis septembre 2018, partenaire premium de Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Dès lors, soutenir un ou plusieurs athlètes ou para-athlètes a semblé naturel aux banques du groupe. Nous nous sommes attachés à effectuer une sélection d’athlètes aussi diverse que possible : des athlètes et des para-athlètes, des sportifs confirmés et des espoirs, autant de femmes que d’hommes, avec des sports variés, en France métropolitaine et en outre-mer.

Cette sélection reflète notre société, mais également la diversité des entreprises du Groupe BPCE, notamment l’ancrage régional des Banques Populaires et des Caisses d’Epagne. Chacune des entreprises du Groupe est dotée d’une identité forte et d’un attachement singulier à son territoire, mais toutes partagent la même volonté de soutenir ces sportifs dans la durée et de les aider à représenter la France en 2024. Notre ambition est de faire émerger une nouvelle génération d’athlètes et de montrer une France qui gagne, inclusive, sachant se dépasser. Nous voulons que cette nouvelle génération soit à l’image des Jeux de Paris 2024 : des Jeux pour tous, sur tous nos territoires.

A travers cet engagement pour le sport français en général, quel message souhaitez-vous faire passer au Grand Public ?

Les jeux de Paris 2024 seront un grand moment de fête pour tous les Français. Cet événement va faire rayonner l’image de la France partout dans le monde, mais il sera pleinement réussi si la performance est au rendez-vous et si toutes les régions et territoires français sont concernés. Pour cela, il faut garantir à cette nouvelle génération d’athlètes français les meilleures conditions de préparation dans tous les territoires, qu’ils soient ultra–marins ou métropolitains, afin qu’ils développent leur potentiel et remportent des médailles lors de ces Jeux de Paris 2024. Nous souhaitons leur donner toutes les chances de briller et de nous faire vivre d’exceptionnels moments d’émotion.

Pourquoi avez-vous souhaité accompagner ces sportifs à travers le Pacte de Performance, dispositif de la Fondation du Sport Français ?

Nous avons été séduits par la capacité du Pacte de Performance à rassembler les acteurs majeurs du sport de haut niveau : Ministère des sports, CNOSF, CPSF, Agence Nationale du Sport… Grâce à son savoir-faire, elle nous a aidés à constituer une sélection d’athlètes en totale osmose avec nos valeurs et notre engagement dans le sport. Elle nous a également permis de poser les bases de notre accompagnement afin de donner aux athlètes les moyens d’exercer leur passion et d’accéder au plus haut niveau, mais aussi de vivre décemment et d’envisager la suite de leur carrière. Nous avons construit une relation privilégiée avec les athlètes et continuons d’innover ensemble en permanence afin d’encourager nos collaborateurs à la pratique sportive, de renforcer l’attractivité de nos entreprises et d’incarner encore davantage notre politique RH en matière de mixité, de handicap et d’inclusion.

Cela fait déjà deux ans que vous accompagnez des sportifs à travers le Pacte de Performance, quel bilan en faites-vous ? 

En deux ans, nous sommes parvenus à réaliser le plus important programme de soutien à des sportifs de haut niveau. Ces sportifs sont issus de toutes les régions de France, y compris les territoires ultra-marins. 

  • 52 % des athlètes et para-athlètes sont des femmes
  • 67% athlètes olympiques et 33% athlètes paralympiques
  • 25 fédérations représentées

Le Groupe participe également à l’émergence de trois nouveaux sports : breaking, skateboard, escalade.

Quels types d’actions avez-vous déjà eu l’occasion de réaliser avec les sportifs accompagnés ? 

Nous avons élaboré, avec Finances & Pédagogie (association qui développe des programmes d’éducation financière afin de favoriser la maîtrise des questions d’argent dans la vie personnelle et professionnelle), un module de formation à l’éducation financière destiné aux athlètes soutenus via le Pacte de Performance. Les sportifs sont parfois peu au fait des questions liées à l’argent et à la gestion d’actifs. Les thématiques abordées, telles que la gestion budgétaire, le sponsoring, la gestion des gains en compétition, le statut de l’autoentrepreneuriat… peuvent s’avérer vitales pour eux, tant pour assurer la pratique de leur sport que pour garantir la construction de leurs projets professionnels futurs. Tous les athlètes soutenus par le Groupe BPCE ont été formés.

Nous partageons également la conviction que le sport est un levier indispensable pour changer le regard porté sur le handicap. Parmi nos nombreuses initiatives, les entreprises franciliennes du Groupe BPCE ont ainsi organisé au stade Jean-Bouin à Paris une journée de job dating dédiée au recrutement de personnes en situation de handicap. Cette journée a mixé des épreuves de parasport et de blind dating. Cette première édition avait pour parrain, Théo Curin, nageur paralympique, double vice-champion d’Europe en 200m nage libre et pour marraine, Charlotte Fairbank, para-athlète de haut niveau, classée 3e joueuse française de tennis fauteuil. 

Durant le 1er confinement, les athlètes ont également encouragé les collaborateurs du groupe à faire du sport à la maison grâce à des conseils de remise en forme et de diététique via nos médias internes. Ils se sont également mobilisés à l’occasion de la Semaine Olympique et Paralympique 2021 à travers des rencontres sportives et des initiations au handisport pour sensibiliser au handicap les collaborateurs du groupe, mais aussi les jeunes générations dans les collèges et les lycées.

Pour suivre toute l’actualité du Groupe BPCE, c’est par ici : LinkedIn – Instagram – Twitter

Propos recueillis par Sophie Dufour / © Greg Gonzalez/BPCE

Mgéfi, nouveau mécène du Pacte de Performance

Mgéfi, nouveau mécène du Pacte de Performance

Victor Muffat-Jeandet est un sportif de haut niveau au palmarès impressionnant, avec notamment, une médaille de bronze en combiné alpin aux derniers Jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang en Corée du Sud. Il est soutenu par la Fondation du Pacte de Performance grâce à trois mécènes : Lansard Développement, Naxo Group.. et la Mgéfi (Groupe VYV) !

La mutuelle a souhaité accompagner le skieur alpin Français dans son projet professionnel et sportif à travers notre fondation.

Michael Aboucaya, responsable communication, nous parle de l’engagement de la Mgéfi (Groupe VYV) pour le mouvement sportif Français.

Pourquoi la Mgéfi a souhaité s’engager auprès du monde sportif ?

Quand on est une mutuelle et que le sujet n°1 est la santé de nos adhérents, s’engager auprès de sportifs sonne comme une évidence, car le sport est un des axes clés de la prévention santé et les sportifs de haut niveau sont, pour tout un chacun, une source d’inspiration et surtout de motivation. Ils indiquent le chemin en quelque sorte.

Vous accompagnez l’escrimeur Yannick Borel et le nageur Ugo Didier. Pourquoi avoir choisi Victor Muffat-Jeandet, médaillé olympique en ski alpin, pour intégrer votre équipe ?

Victor a tout pour plaire à la Mgéfi : il est douanier (et la Mgéfi est la mutuelle des douaniers !). Il représente un sport d’hiver quand l’escrime et la natation ne sont pas marquées par la saisonnalité. Surtout, il ressemble beaucoup à la Mgéfi dans sa manière d’être : il est simple, accessible, à l’écoute et performant.

La Fondation du Pacte de Performance vous permet de soutenir ce dernier dans son projet de vie au titre du mécénat financier. Quels sont les leviers qui vous intéressent tout particulièrement à travers ce dispositif ?

Nous avons découvert le pacte de performance cette année donc nous n’avons pas encore de retour d’expérience mais, une chose est sûre, cela semble un excellent moyen d’aider des sportifs de haut niveau dans des disciplines moins médiatisées donc moins attractives pour les gros sponsors. Par ce biais, nous leur permettons de continuer à se consacrer à leur sport tous les jours, et, si nous pouvons modestement contribuer à cela, c’est que nous incarnerons concrètement la valeur de solidarité qui nous est si chère.

Quels types d’actions espérez-vous mettre en place en cette année si particulière ?

Année particulière mais année olympique qui va nous permettre d’être derrière nos sportifs d’ici à cet été et dès l’année prochaine ce sera au tour de Victor avec les Jeux Olympiques d’hiver 2022 !

Quels sont les prochains objectifs que vous souhaitez atteindre afin de perpétuer votre engagement dans le sport ?

Tout simplement faire grandir la notoriété de nos trois sportifs qui, comme la Mgéfi, gagneraient à être plus connus au-delà de leur sphère naturelle et nous y travaillons!

Pour suivre toute l’actualité de Victor Muffat-Jeandet, c’est par ici : LinkedIn – Instagram – FacebookTwitter

Propos recueillis par Sophie Dufour / © EPA-EFE/ANTHONY ANEX

#TeamPactedePerformance s’agrandît !

#TeamPactedePerformance s’agrandît !

Grâce au soutien de la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées (Groupe BPCE), Arnaud Gauthier-Rat rejoint la Team Pacte de Performance ! Cet accompagnement est un atout de taille qui permet au beach-volleyeur de se concentrer sur l’objectif de la saison : décrocher son billet pour Tokyo !

Jean-Marc Auriol, chargé de communication à la Caisse d’Epargne Midi Pyrénées : Le soutien et l’accompagnement des athlètes olympiques et paralympiques font partie de notre culture d’entreprise.

La Caisse d’Épargne Midi Pyrénées (CEMP) a souhaité pour la première année soutenir un sportif de haut niveau à travers la Fondation du Pacte de Performance. Qu’est-ce qui vous a décidé et comment avez-vous choisi le sportif ?

BPCE est partenaire premium des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris de 2024. Il est fortement engagé dans une démarche visant à soutenir, et accompagner des athlètes olympiques et paralympiques français, confirmés ou espoirs. Il nous paraissait logique et cohérent, d’y prendre part. C’est ce que nous avons fait en choisissant d’accompagner Arnaud Gauthier-Rat, beach-volleyeur de l’équipe de France.

Que représente cet accompagnement pour la CEMP ?

L’accompagnement se présente sous la forme d’une aide financière qui permettra à Arnaud Gauthier-Rat, au plan matériel, d’être plus serein et de se recentrer sur ses performances. Bien évidemment, et tout en respectant son calendrier sportif, ce dernier sera associé à des événements organisés par la CEMP, notamment en interne avec nos collaborateurs.

Recommanderiez-vous aux entreprises d’intégrer le #PactedePerformance et pourquoi ?

La formule est intéressante. Elle permet d’accompagner un sportif méritant, de lui ouvrir un réseau professionnel et d’être un représentant emblématique pour nos salariés.

Envisagez-vous de soutenir d’autres sportifs à l’avenir ?

La question de soutenir d’autres sportifs sera étudiée… !

Propos recueillis par Sophie Dufour / ©Caisse d’Epargne Midi Pyrénées

Rencontre avec Arnaud Gauthier-Rat, Beach-volleyeur en équipe de France et nouveau boursier du #PactedePerformance

Arnaud, comment êtes-vous arrivé au Beach Volley, discipline moins médiatisée que le Volleyball ? Pouvez-vous nous raconter votre parcours ? 

J’ai joué au tennis de table jusqu’à mes 15 ans, j’ai ensuite voulu évoluer vers un sport collectif et je suis entré au pôle espoir de Chatenay Malabry en volley indoor, après un an, j’ai été sélectionné pour rejoindre le Centre National de Volley-Ball (CNVB) à Montpellier où je suis resté deux ans. J’ai, sur cette période, été initié au beach volley et j’ai fait mes premières sélections pour l’équipe de France Jeune, qui se sont soldées par plusieurs podiums européens, une qualification aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ), et une 5ème place aux championnats du monde. J’ai alors pris goût à ce sport et j’ai décidé de poursuivre sur cette voie, en intégrant le pôle France de Toulouse.

Quel est votre plus beau souvenir sportif ? 

Mes podiums aux championnats d’Europe avec mon partenaire de l’époque, Arnaud LOISEAU, la “qualif” et les JOJ… notre 9ème place aux finales du World Tour avec Quincy AYE !

Que représente la pratique de cette discipline à haut niveau ? Quels sont les difficultés et obstacles que vous êtes amenés à rencontrer ? 

La rigueur demandée dans tous les aspects de la discipline : l’exigence mentale, physique, tactique, technique… La fatigue accumulée sur une saison avec les nombreux déplacements : parfois je participe à trois tournois d’affilé sur trois continents différents et cela en trois semaines !

Vous êtes désormais accompagné dans votre projet de vie par la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées dans le cadre du #PactedePerformance, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce projet de vie ?

Je mène de front un double projet sportif et professionnel : études d’ingénieur en électronique à l’INSA de Toulouse et ma carrière de joueur de beach volley. Chacun de ces deux projets sont des challenges, que j’ai réussi à relever simultanément jusqu’à présent.

A travers le #PactedePerformance, comment la CEMP va-t-elle vous soutenir et qu’est ce que cela vous inspire ?

Je suis très reconnaissant, et je remercie la Caisse d’Épargne Midi Pyrénées de joindre ses efforts aux miens. Grâce notamment à ce soutien financier, je vais pouvoir me concentrer sur mes objectifs sportifs sans me soucier de ce paramètre “vital”. Et puis, les savoir humainement à mes côtés est également un soutien de taille !

Quels sont les avantages d’avoir un mécène pour un sportif de haut niveau ?

L’accompagnement de la CEMP dans le cadre du #PactedePerformance me permet d’atteindre la sérénité nécessaire à une concentration maximale sur ma performance, justement en recentrant l’énergie dont je dispose sur la dimension sportive de l’activité.

Quelles sont les actions que vous souhaitez mettre en place avec votre mécène ?

Nous allons discuter dans les prochaines semaines avec les équipes de la CEMP afin de déterminer ces actions, peut-être sous forme d’évènements, si la situation sanitaire le permet. Je serai ouvert à leurs demandes, j’espère créer une relation bénéfique réciproquement sur la durée !

Recommanderiez-vous aux sportifs de haut niveau d’intégrer le #PactedePerformance ?

Oui ! J’ai rejoint le Pacte de performance récemment. J’ai déjà pu témoigner de l’accompagnement qui ne s’arrête pas à la recherche d’un mécène, mais aussi sous forme d’ateliers, de rencontres. Je pense que l’idée n’est pas d’un coup de pouce ponctuel, mais d’accompagner l’athlète sur la totalité de son parcours, pour lui offrir les meilleures opportunités avant et après sa carrière sportive.

Pour suivre toute l’actualité de Arnaud Gauthier-Rat, c’est par ici : LinkedIn – Instagram – Facebook

Propos recueillis par Sophie Dufour / ©alexandriiiine

Decathlon Coignières s’engage !

Decathlon Coignières s’engage !

Decathlon France s’engage et agit régulièrement pour le sport Français. Grand mécène de la Fondation du Sport Français par le biais du dispositif Soutiens Ton Club, les sportifs Français peuvent également compter sur le soutien des magasins, à l’instar de Cécile Saboureau, double championne de France de paratriathlon (catégorie PTS2) – 2019 et 2020 -, employée à Decathlon Coignières (78).

Rencontre avec Xavier Garcia, Leader magasin Decathlon Coignières.

1. Cécile Saboureau a rejoint vos équipes courant 2018. Comment décririez vous son intégration au sein de l’équipe Decathlon Coignières ? 

J’ai découvert une collaboratrice passionnée qui aime parler de triathlon avec ses collègues. C’est facile de s’intégrer quand on parle de sport chez nous. Cécile est pleine d’énergie et très dynamique. Elle a également des valeurs communes à nos coéquipiers ce qui forge une équipe solide.

2. Quels sont les avantages, pour une entreprise, de travailler avec une sportive de haut niveau ? Quelles qualités, intrinsèques à ces athlètes, retrouvez-vous en Cécile qui lui permettent d’être un élément moteur dans votre équipe ?

Elle aime le défi et le challenge. Elle est donc toujours partante pour rendre son rayon attractif pour ses sportifs. Son sens relationnel est renforcé par sa pratique, cela lui permet d’échanger plus facilement avec nos clients.
Sa capacité a être très pointilleuse dans son travail lui permet d’avoir un rayon très propre. Et puis, pour un magasin comme Décathlon, travailler
avec une athlète qui connaît les produits et qui les utilisent régulièrement, c’est un véritable atout pour répondre aux questions et satisfaire nos clients .

3. En tant que sportive de haut niveau engagée, Cécile rythme ses journées, semaines et mois entre les entraînements, stages, compétitions et sa présence à Decathlon. Comment vous engagez-vous auprès d’elle afin de faciliter la gestion de son emploi du temps ?

Tout d’abord, il y a, et il faut, une très bonne communication entre le responsable de rayon et le collaborateur. Cela permet d’aménager sa présence en magasin avec son calendrier sportif. Bien entendu, la mise en place d’une Convention d’Insertion Professionnelle permet de bien consolider ce cadre. Notre volonté est de permettre à Cécile de continuer la pratique de sa discipline et d’atteindre ses objectifs sportifs tout en continuant à avoir un cadre professionnel qui l’intéresse.

4. Vous avez récemment réalisé une convention de mécénat de compétences avec la Fondation du Pacte de Performance sous égide de la Fondation du Sport Français. Que vous apporte ce dispositif ?

Ce dispositif nous permet d’avancer sereinement avec une structure compétente sur les aides possibles quant à la mise à disposition du sportif pour la pratique du sport de haut niveau. Nous avons également travaillé avec la Fédération Française de Triathlon, la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Ile-de-France (DRJSCS)* et l’Agence Nationale du Sport (ANS) pour mener à bien ce projet .

5. Quels conseils donneriez-vous aux entreprises qui souhaiteraient intégrer des sportifs de haut niveau à leur équipe ?

Je les inviterai à être rassuré sur la capacité de l’athlète à s’intégrer et s’impliquer dans le monde du travail mais également sa capacité à organiser son projet sportif autour de son projet professionnel. En tant qu’entreprise, il ne faut pas hésiter à solliciter les structures compétentes comme la Fondation du Sport Français pour être accompagner sur le sujet. C’est un vrai plus !

Pour suivre toute l’actualité de Cécile Saboureau, c’est par ici :

LinkedInTwitterInstagramFacebook

Propos recueillis par Sophie Dufour / ©Inconnu

*La Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Ile-de-France (DRJSCS)* se transforme en 2021.

Sport et bien-être au travail : un enjeu stratégique de la RSE

Sport et bien-être au travail : un enjeu stratégique de la RSE

 

After work de la forme, le 28/01/2020 à la ligue hauts de Seine de Tennis à partir de 18h.

Et si le sport devenait un levier de votre RSE ?
After work sur sur le thème « Sport et bien-être au travail : un enjeu stratégique de la RSE » :
– forum de solutions
– table ronde
– cocktail networking

En présence de Christine Arron, championne du monde du 4x100m en 2003, recordwoman d’Europe du 100m depuis 1998.

Entrée gratuite, inscription obligatoire : www.irfo.fr/after-work-forme